vendredi, 10 janvier 2014 15:01

Répertoire de santé de l'OUEST GUYANAIS

En collaboration avec l'ARS, le COPEASOG (comité opérationnel pour l'accès aux soins dans l'Ouest Guyanais) a élaboré un répertoire de santé de l'Ouest Guyanais à destination des professionnels présentant tous les professionnels libéraux et structures agissant dans tous les domaines de la santé avec:
adresse, téléphone, missions, missions extra structurelles et tous renseignements utiles.
Il s'agit d'un classeur Excel avec une ligne par professionnel ou structure et un feuille de calcul par commune: Iracoubo, Mana, St Laurent du Maroni, Apatou, Grand Santi.
Vous pouvez recevoir la dernière version actualisée de ce fichier Excel par mail sur demande auprès de la référente Ouest: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 


 

InvitationLogo du Réseau Kikiwi de Guyane 

DANS LE CADRE DE SES FORMATIONS, LE RESEAU KIKIWI VOUS PROPOSE UNE RENCONTRE

 

 LE MERCREDI 23 FEVRIER à 20h

 

au CRIC-CRAC

Le thème abordé est :

«ADOLESCENTS ET VIH,

COMPTE RENDU DU FORUM : ADOVIH

PARIS, NOVEMBRE 2010.»

par la Psychologue Madame  LECONTE  Constance

 

du Centre Hospitalier Andrée ROSEMON,

 

AVEC LES TEMOIGNAGES DES QUATRE JEUNES PARTICIPANTS.

 

NB: pour des raisons de confidentialité, d'éthique et de secret professionnel, seul les professionnels qui sont directement impliqués dans la prise en charge des personnes vivant avec le VIH c'est à dire qui ont un contact direct avec les patients dans l'exercice de leur métier peuvent prendre part à cette rencontre.

Le réseau vous remercie de votre compréhension.

 

 

La présentation sera suivie d’un cocktail,

 

Merci de confirmer votre présence impérativement avant

le  21 février 2011.

soit  par téléphone au 0594-27-16-01

soit  par fax au 0594-35-54-37

soit par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publié dans Réseau Kikiwi
jeudi, 10 février 2011 03:00

Présentation du Réseau Diabète

Présentation du Réseau Diabète de Guyane

et du REPPOP Logo du Réseau Diabète de Guyane


 

Attention !

Assemblée Générale du Réseau

 le mardi 22 février 2011

 à 12h30 au sein de la Maison des Réseaux.

Réseau Diabète

Le traitement du diabète constitue un coût croissant en Guyane, coût financier pour l'Assurance Maladie aussi bien qu'un coût important en termes de santé publique du fait des importantes complications qu'il induit. Dans une étude réalisée en septembre 2008, la CGSS estime le taux de prévalence standardisé du diabète à 5,6% de la population guyanaise (3,7% environ pour la métropole). La CGSS souligne par ailleurs que ce taux est sous-estimé en raison des patients diabétiques diagnostiqués mais non traités et ceux non dépistés. Au-delà des chiffres, des difficultés propres à la Guyane rendent ce constat plus aigu encore, notamment l'accès aux soins pour certaines zones isolées, la prédisposition accrue des populations amérindiennes, des freins culturels liés à l'acceptation de la maladie, les habitudes alimentaires.

 Logo du Réseau Diabète de GuyanePhoto Coupe glacée vert 

REPPOP (Réseau de prévention et de prise en charge de l'Obésité pédiatrique)

Les constats sur l'importance de l'obésité au niveau national ont été confirmés au niveau local par des études récentes. Ils démontrent la situation alarmante du surpoids des enfants en Guyane; globalement, les indicateurs donnent 15 à 20% de surcharge pondérale globale type 1 et 2 , jusqu'à 25%  dans certaines tranches d'âge  et à 4 et 6 % d'obésité sévère type 2 à morbidité associée à court et moyen terme. Cette situation est d'autant plus préoccupante que l'obésité chez l'enfant est une maladie à haut risque. Très précocement, l'obésité est perçue par l'enfant comme un handicap psycho-social et relationnel très marqué. Sa persistance à l'âge adulte dans des cas expose à une morbidité élevée, cardiovasculaire, respiratoire et métabolique, ce qui entraîne des coûts de santé majeurs.

Logo du REPPOP de GuyaneMontage Diabète

Aussi, devant ces constats, l'objectif principal de ces réseaux est, grâce à une meilleure coordination des soins construite collectivement, d'améliorer le diagnostic, l'éducation et la prise en charge des patients atteints de diabète ou d'obésité pédiatrique conformément aux protocoles de soins validés par le réseau et les référentiels nationaux.

 

Publié dans Réseau Diabète
lundi, 07 juin 2010 17:53

Les missions specifiques

Les missions spécifiques d'un réseau régional de cancérologie


Logo Réseau Onco

 

La lutte contre le cancer étant une priorité nationale, des moyens sont mis en place afin d'améliorer la prise en charge des patients et réduire les inégalités d'accès au dépistage et aux soins par une meilleure coordination des acteurs de santé.

Le Plan Cancer 2003-2007 impose ainsi la mise en place d'un réseau régional de cancérologie dans chaque région de France afin d'assurer la coordination des acteurs et des actions autour de la prise en charge des patients atteints de cancer. Des textes règlementaires précisent les missions de ses réseaux spécifiques.

Publié dans Réseau Onco
lundi, 07 juin 2010 03:53

Epidémiologie

Logo Réseau Onco

Epidémiologie


 

Publié dans Le cancer en Guyane

image globule drepano Votre Espace Professionnel Helmer


Vous trouverez sur cette page, la charte du professionnel de sante et le bulletin d'adhésion au réseau ainsi que la convention constitutive du réseau. 

Publié dans Réseau Drépano
lundi, 07 juin 2010 17:53

Présentation du Réseau Oncoguyane

Logo Réseau Onco

Le Réseau Oncoguyane

 


 

La conscience des acteurs de soins guyanais doit être forte de ce que le Plan Cancer contient d'avancées positives: ses exigences de qualité, de pluridisciplinarité, d'annonces du diagnostic bien structurées, de coopérations interhospitalières à construire, de meilleur dialogue ville-hôpital, de soins de “support” à organiser, d'évaluations et de contrôles à accepter.

La mise en sécurité et la mise en confiance des patients ne pourront venir que d’un scrupuleux respect donné par tous à son application.

Tout n'est bien sûr pas facile: bien des contraintes nouvelles heurtent les habitudes de beaucoup…

Au sein du Plan Cancer est notamment l’obligation faite aux professionnels et aux institutionnels de travailler en “réseau”.

Il est à espérer que cette obligation  permettra à ceux qui y souscriront avec sincérité d’apprendre à se connaitre et de mettre des visages sur des noms, de colliger leurs problèmes, de prendre conscience que, où qu'il exercent, peu les sépare vraiment et qu'ensemble ils peuvent certainement plus, plus en sécurité et mieux.

Il convient en Guyane probablement plus encore qu'ailleurs de mutualiser les moyens, de coordonner les investissements, de favoriser tous les échanges: la démographie médicale et chirurgicale est très insuffisante, des spécialités ne sont pas représentées et d'importants déficits demeurent même si beaucoup a été fait en matière d‘équipements lourds,.

Il faut aux institutions et aux administrations hospitalières taire les querelles de clochers et aux soignants les attitudes compétitives.

Toute autre attitude serait irrévérencieuse vis à vis du patient cancéreux guyanais.

Le patient cancéreux guyanais a, lui, bien d'autres soucis: son parcours de soins est des plus complexes qui soient.

Il lui faut, encore souvent, partir loin alors que sont si douloureuses les séparations familiales imposées par le cancer.

Ici les handicaps géographiques sont de grande dimension.

Ici les déficits sociaux sont graves et nombreux.

Ici certains particularismes culturels sont facteurs de solitudes spécifiques.

En matière de cancérologie, il n'est pourtant pas facile de dégager la revendication collective d'une population: le sujet est trop technique et le vécu de la maladie trop solitaire.

Lors d'une journée d'information du public organisée par Oncoguyane en Novembre 2009 ont néanmoins pu s'exprimer des sentiments qui restent ordinairement confinés dans l'intimité des cabinets médicaux et des cercles de famille.

Beaucoup ont pu ainsi entendre lors d'émissions radiophoniques la tristesse de cette vielle dame expliquant qu'il lui avait fallu vendre sa maison pour «  accompagner » son mari hors du département.

Beaucoup ont pu entendre la détresse de cette autre qui, à l'annonce du diagnostic, avait pris l'avion précipitamment et s'était retrouvée désemparée sur le trottoir d'Orly.

A écouter tant d'autres, tous ont pu comprendre qu'il leur faudrait peut-être un jour, eux aussi, quitter leur famille au moment où ils en auraient précisément le plus besoin.

A cette écoute la conscience des tutelles sanitaires régionales et nationales doit donc être forte de la nécessité de se rapprocher plus encore des acteurs de soins et des associations de patients, de celle de parfaitement définir avec eux la gradation des soins sur le territoire de santé guyanais et de l’obligation morale qu’elle a à sélectionner hors du département des filières de soins qui soient non seulement efficientes mais aussi “personnalisées”, personnalisées pour mieux répondre aux besoins spécifiques et pour raccourcir les délais de prise en charge.

L'heure est bien à s'intéresser au fond des problèmes.

Il faut des solutions identifiées pour les patients aux comorbidités majeures ou aux seuls besoins de gestes palliatifs. Ceux-là sont difficilement transportables ou difficilement acceptés ailleurs.

Il faut des solutions construites avec attention pour ceux qui sont en situation de grande vulnérabilité sociale. Ceux là ont jusqu'à des problèmes vestimentaires lorsqu'il s'agit de partir l'hiver.

Il faut des solutions qui ne soient pas « humanitaires » pour ceux qui ont de très grandes différences ethnoculturelles. Ceux là peuvent aller jusqu'au refus de soins tout en ayant droits sociaux ouverts et cartes nationales d'identité.

Il faut aussi prendre en compte les nécessités accrues d'hébergement à proximité des structures de soins extérieures au département et qui, comme s'en inquiète le Pr Grünfeld, rapporteur du Plan Cancer 2009-2013, pourraient être débordées par une demande hexagonale nouvelle.

Il faut aussi améliorer les conditions de la prise en charge de l'accompagnement familial et celle des accompagnements sociaux, culturels et linguistiques.

Mais, plus encore, il faut, et dès maintenant, imaginer les moyens et préciser les critères de sortie d’une situation délétère entretenue par une démographie longtemps insuffisante.

Il convient de former, de recruter, de parfaire, d’inaugurer et de construire du mieux sur place.

Rien ne peut plus être laissé en l’état.

Bientôt, très bientôt, la population guyanaise aura doublé.

 

Dr Dominique Fournier

Président d'Oncoguyane

Publié dans Réseau Onco
vendredi, 28 mai 2010 13:33

Parcours de soins Réseau kikiwi

 Parcours de soins Réseau Kikiwi de GuyaneLogo du Réseau Kikiwi de Guyane


Tout patient ayant des problèmes d’observance chronique pourra bénéficier s’il le désire d’une aide à l’observance à domicile.image infirmière

Tout patient pourra bénéficier s’il le désire d’une évaluation médicopsychosociale qui aboutira à une proposition de soins médicopsychosociaux.

Tout patient ayant des complications à long terme pourra bénéficier s’il le désir de consultations spécialisées pour prévenir la dégradation de son état de santé (néphrologie, cardiologie, neurologie…).

La coordination  des acteurs sera favorisée par des réunions multidisciplinaires autour du patient.

boite à pilules

Publié dans Réseau Kikiwi
vendredi, 28 mai 2010 13:33

Adhésion Patients au Réseau Kikiwi

 L'adhésion des Patients


 Les avantages pour un patients d'adhérer au Réseau Kikiwi : Clipart adhésion patients kikiwi
- c'est gratuit 
- et si un jour vous avez des complications : 

L’adhésion permet de bénéficier de spécialistes non présents en guyane 
elle permet de mettre en rapport avec des réseaux de soins (diabète, 
périnatalité, onco...) 
elle permet d'aider les patients en difficultés 
elle permet de former les professionnels.

Publié dans Réseau Kikiwi
vendredi, 28 mai 2010 13:33

Les missions du Réseau Kikiwi

 Les missions du Réseau Kikiwi de GuyaneLogo du Réseau Kikiwi de Guyane


Les missions du réseau consistent à développer et à coordonner la prise en charge des patients infectés par le VIH dans le cadre d’un réseau de soins.Réseau kikiwi  

L’association a également pour mission d’aider les projets de recherche sur le VIH et les IST en Guyane, d’améliorer la prise en charges des personnes vivant avec le VIH/SIDA.

Soutenir l’observance des patients en grandes difficultés d’observance grâce à un réseau d’infirmières libérales formées à l’observance.

Mettre en place des consultations spécialisées autour de pathologies chroniques affectant la qualité de vie ou la survie à long terme des patients infectés par le VIH

Améliorer la prévention secondaire chez les patients infectés par le VIH grâce à l’évaluation médico-psycho-sociale des patients

Contribuer à réduire le nombre de patients perdus de vue, notamment chez les nouveaux dépistés.

photo de mains liées

 

Publié dans Réseau Kikiwi
Page 1 sur 2